Articles

Croire.

Image
N'avez-vous jamais remarqué que la vie pouvait parfois être étonnante? Je suis certaine que si.
Certains jours, le moral au fond des chaussettes (des chaussettes sales en plus, tiens !), l'impression que l'avenir est flou. Pire encore, qu'il n'y a aucun avenir. Aucune issue. Zéro solution. Nada. Rien. Cul de sac. (Bah quoi? Quand on a le moral au plus bas, c'est à peu près la vision de la vie qu'on a.... ;-) )
Et puis, il suffit de relever un petit peu la tête. D'y croire ne serait-ce que le temps d'un après-midi. Retrousser ses manches, chercher des solutions, réfléchir, noter, imaginer. 
Je ne vous cache pas que le temps de cet après-midi là, vous êtes prêt à soulever des montagnes et gravir l'Everest. Rien que ça. On se sent plein d'espoir, de courage et d'idées. Les projets germent, les idées fusent... Tout est possible.
On se donne les moyens de réaliser des jolies choses, et il n'y a plus qu'à attendre un petit coup de pouc…

Tu veux faire quoi, plus tard ?

Image
Je n'ai jamais été très sûre de moi concernant mon avenir. Au collège, dès la 6ème, on nous demandait de remplir des fiches afin d'écrire les métiers qui nous faisaient envie. Un trou noir pour moi qui aimait beaucoup de choses. 




Petite, je rêvais d'être soigneuse de dauphins. Cela s'est peaufiné avec les années en souhaitant être vétérinaire.

Puis, un jour, un professeur m'a dit que je n'avais pas le niveau. Pour être vétérinaire il fallait être très douée en mathématiques, sciences... Tout ce que je n'étais pas. On m'a conseillé d'abandonner.

Alors en 3ème lorsqu'il a fallut faire ses vœux d'orientation, j'ai écrit "CAP coiffure". Il y a avait une école à quelques kilomètres de chez moi qui proposait ce diplôme alors pourquoi pas.

Aux yeux des professeurs, cette orientation était plus judicieuse "Emilie, tu as un niveau moyen donc fais coiffeuse." 

Je me souviens qu'à cette époque, s'orienter vers des CAP, BE…

Goûter Automnale

Image
Cet après-midi, j'ai préparé un brownie chocolat - Oréos. Ce "gâteau" là c'est un peu ma signature. C'est simple, rapide et délicieux. Un goûter réconfortant et chocolaté. Lorsque je suis en panne d'idées et que mon chéri me dit "heu, ce soir, il y a un copain qui vient : c'est soirée foot !" il y a des grandes chances pour que je prépare ce dessert. Les gourmands sont conquis !
J'ai partagé une petite photo du brownie sortant tout juste du four sur instagram(clic) et j'ai eu envie de partager la recette ici.

Il vous faut : 
60g de farine 100g de sucre 3 oeufs 250g de chocolat pâtissier 150g de beurre végétal ou d'huile de coco 8 petits oréos
Aparté : Végétarienne depuis quelques années, je tend à devenir vegan même si cela reste assez compliqué d'un point de vue social (j'habite dans un coin reculé de la France où les gens demandent aux végétariens "mais les lardons, t'en manges hein ?" 
J'utilise donc, en at…

Lundi

Image
18:18 Je suis très superstitieuse
Ce Lundi a été pour le moins... étonnant.
Entre les petites galères, les maladresses, le manque de motivation, le cœur un peu en miette, le cerveau qui fait des pirouettes...
Avec des journées pareil, on ne rêve que d'une chose : aller sous la couette et attendre le lendemain. En espérant qu'une galère ne vous tombe pas sur le nez malgré votre oreiller. 
Mais finalement, ces journées là servent peut-être à nous mettre au défi.
Alors j'ai décidé d'apprécier la fin de ce drôle de Lundi. De ne pas me focaliser sur tout ce qui n'a pas été aujourd'hui et de cesser de répéter "je n'ai pas de chance aujourd'hui, je ne peux rien faire de bien !" et prouver que tout peut s'inverser. Et comme une belle personne m'a dit hier : "rien n'est figé, tout peut changer."
Alors j'ai fait un gâteau, et je ne l'ai pas raté.


Il est toujours très confortable de se persuader que l'on n'est pas capa…

Le moral dans les chaussettes

Image
Certains jours sont difficiles.


Certains soirs, en mettant en route le simulateur de crépuscule pour m'endormir,  ma tête est pleine de pensées.
Certains matins, lorsque je regarde l'heure sur le réveil,  je me dit que je n'ai qu'à rester au lit toute la journée. 
Peut-être que, comme ça, les jours passeront plus vite.  Que je n'y verrai rien.  Qu'il suffirait juste d'avoir assez de stock de sommeil pour tenir 24h ainsi.  Et recommencer ensuite.
C'est le saut sur le lit de mon poilu à quatre pattes  et la lapine qui gratte à la porte de bon matin  qui me ramènent à la réalité.
Il y en a deux qui ont besoin de moi pour manger, sortir, s'amuser, se faire câliner.
Alors, il faut faire face à une nouvelle journée.
Certains jours sont plus difficiles que d'autres.  On ne sait plus très bien où l'on va, pour quoi, comment.
Tout est flou.
Ça ira mieux demain.

Mon avis lecture sur > Jamais assez maigre, journal d'un top-model

Image
J'ai récemment acheté, en format poche, le livre de Victoire Maçon D'Auxerre : Jamais assez maigre, journal d'un top-model. Deux jours plus tard, le livre terminé, j'avais très envie de partager mon avis sur le blog.
Un petit résumé, sans spoiler !
Il s'agit ici d'une histoire vraie, racontée par Victoire, âgée de 17 ans lors de l'écriture. Victoire est une jeune femme comme tout le monde, elle venait de passer son bac et souhaitait intégrer Sciences Po'. Elle rêvait de devenir comédienne, venait de subir une rupture amoureuse. Une fille normale, en soit.
C'est dans la rue qu'elle s'est faite repérée par un "chasseur de tête" de Elite, la très célèbre agence de mannequin, qui semblait avoir flashé sur son corps parfait pour intégrer l'agence, lui promettant un avenir de rêve.
Victoire raconte son expérience dans le monde du mannequinat et, sa descente aux enfers.
Mon avis
Le livre se lit très facilement. Victoire écrit comme ell…

Coup de coeur

Image
Hier, il ne m'a fallu qu'entendre cette phrase "Du chaos naissent les étoiles" pour avoir un vrai coup de cœur. Cette phrase m'a semblé si jolie, pleine de sens. Elle n'a cessé de résonner en moi. La vie est une succession de hasards et je fais confiance au destin (même si je trouve qu'il s'amuse souvent de moi, ce vilain.)
Comme si il avait fallu attendre ce jour pour entendre cette phrase là.
Je n'étais pas dans mon assiette, un peu triste et déçue. Et à l'écoute de ces quelques mots, je me suis dit "peut-être que c'est ça la vie. Etre au plus bas pour parvenir à monter, monter, monter...et s'illuminer."
Après quelques recherches, cette phrase est tirée d'un poème qui, là encore, m'a énormément touché. Je crois qu'il y a des jours, comme ça, où l'on fait des découvertes qui ont beaucoup de sens.
Voici donc ce poème écrit par Kim McMillen, rendu célèbre grâce à Charlie Chaplin qui, lui aussi, appréciait beau…